Chez doyen

Dessins sarcastiques, BD décalées, analyses oniriques et biscuits à la cannelle

13 avril 2014

Rêve 22

Charlotte m'écrit :

J'ai un rêve récurrent, il n'y a pas une année pendant l'hiver où je ne rêve pas de cela. Je suis en voiture avec ma famille et on se dirige dans une ville proche de la mienne. Il fait très froid dehors et il y a beaucoup de neige. On arrive sur un pont qui est totalement gelé et on hésite à y aller, de peur de glisser et de tomber dans le fleuve juste en dessous. Et je ne sais pas pourquoi, mais le conducteur se décide à y aller, sans l'accord des autres dans la voiture. Plus on avance sur le pont, plus on entend des craquements. Je regarde alors la route, je vois une grande fissure tout au long du pont. Il finit par s’effondrer avec nous dessus et je me réveille.

L'hiver représente l'univers extérieur hostile. Il contraste d'ailleurs avec la solidarité à l'intérieur, les uns sur les autres, induit par l'espace confiné de la voiture. Et tout de suite, une épreuve : le pont, symbole d'une aventure à la Indiana Jones. A partir de là, un élément de l'équipe se détache du reste : le conducteur. Le risque est en effet évalué ensemble mais ce con décide tout seul d'y aller sans qu'on sache pourquoi et tout le monde subit les conséquence de cette décision incompréhensible. Cette désolidarisation, c'est celle du maillon autonome qui punie tout le reste. Charlotte, ton inconscient le sait : dans la famille, il faut rester soudé et ne jamais se détacher de sa base.

charlotte

Posté par doyen à 17:11 - Commentaires[0] - Permalien [#]

29 mars 2014

Portée à gauche

couille gauche

Posté par doyen à 15:05 - Commentaires[0] - Permalien [#]

16 mars 2014

Orange titanic

Ukraine

Posté par doyen à 12:22 - Commentaires[0] - Permalien [#]

01 mars 2014

Rêve 21

Amal m'écrit :

Je suis dans une sorte de Far West. Il y a des chevaux à l'extérieur d'une écurie, plutôt des doubles poneys. Et j'aperçois des chevaux immenses, de plus 4 mètres et un blanc se trouve devant moi avec le soleil derrière. Il fait chaud mais je ne sens pas la chaleur.
Cette semaine, j'ai eu plusieurs personnes de manière aléatoire qui ont parlé de chevaux, notamment une fille dans le RER qui a fait référence à un cheval blanc.

Voilà un rêve gorgé de symboles. On est ici dans une imagerie Texas ; le far west, c'est l'Amérique. Et en Amérique, tout est surdimensionné : les immeubles, les hamburgers et les chevaux (c'est bien connu). D'ailleurs, quand ils font plus de 4 mètres, il n'y a plus de doute possible : t'as affaire à un cheval de Troie. De l'Amérique à la Grèce, la mythologie se poursuit. Cheval blanc = cavalier blanc, on nage en plein héroïsme. Il y a même le soleil derrière : peut-on faire une image plus épique ? Il y en a d'ailleurs qu'un seul de blanc : l'élu. Le tien ? En tout cas, le fait que la chaleur ne t'atteigne pas te place en posture d'invincibilité. Par ailleurs, si il fait chaud sans chaleur, c'est que c'est la notion de "lumineux" qui est une fois de plus à retenir. Dans ton esprit, tu sembles être l'élue parmi les spartiates. Un sentiment qui contraste facilement avec la morose réalité. On peut le dire Amal : tu as soif d'aventure.

Amal

Posté par doyen à 19:17 - Commentaires[0] - Permalien [#]

14 février 2014

Fragments de tentation

st valentin

Posté par doyen à 23:05 - Commentaires[0] - Permalien [#]